m

0

Documents  DESMOULINS Christine | enregistrements trouvés : 50

O

-A +A

P Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

155 - p. 16-19

"Semblable à de la pierre blanche, un béton autoplaçant lisse ou matricé sculpte les façades des 63 logements de "La Rose des vents" conçus par l'architecte Vincen Cornu.

Z.A.C. ; LOGGIA ; BATIMENT D'HABITATION COLLECTIF ; BETON AUTOPLACANT ; BETON

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

272 - p. 65-71

"Avec ses boîtes de logements arrimés à 45° sur des fûts porteurs et des poutres en béton précontraint, ses façades vitrées et sa silhouette brutaliste reconnaissable entre toutes, la tour Totem rompt avec l'image monolithique des gratte-ciel du quartier du Front de Seine, à Paris (XVe arr.). Édifiée entre 1976 et 1979 par les architectes Michel Andrault et Pierre Parat, qui ont eu carte blanche dans le cadre des principes et des contraintes techniques du site, elle compte, avec l'hôtel Nikko, parmi les dernières tours construites sur la dalle. Grâce à sa structure déportée à l'extérieur, l'ouvrage réussit à s'affranchir des modèles consacrés, aussi bien à travers ses visées formelles que par l'organisation de ses plans. Par son puissant jeu sculptural d'espaces et de volumes éclatés, la tour Totem témoigne de l'inventivité conceptuelle du duo Andrault-Parat, lequel signe ici l'un de ses chefs-d'oeuvre." "Avec ses boîtes de logements arrimés à 45° sur des fûts porteurs et des poutres en béton précontraint, ses façades vitrées et sa silhouette brutaliste reconnaissable entre toutes, la tour Totem rompt avec l'image monolithique des gratte-ciel du quartier du Front de Seine, à Paris (XVe arr.). Édifiée entre 1976 et 1979 par les architectes Michel Andrault et Pierre Parat, qui ont eu carte blanche dans le cadre des principes et des contraintes ...

TOUR ; DALLE ; BRUTALISME ; HISTOIRE DE L'ARCHITECTURE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 83 p , 62 IF93

En 1970, Siemens France quitte Paris pour s’installer à Saint-Denis dans une "mini-tour" de sept niveaux construite par Bernard Zehrfuss. En habitué des défis constructifs l’architecte met en oeuvre ici un procédé de suspension des planchers de bureaux particulièrement novateur. Quant à sa peau en panneaux d’aluminium brut, elle lui confère une silhouette caractéristique de la modernité architecturale des années 1960-70. En 2010, UBS Real Estate KAG mbH initie un projet de réhabilitation du bâtiment qui pose la question de l’adaptation de cette architecture métallique aux nouvelles normes de l’immobilier d’entreprise. Bléas & Leroy, les architectes chargés de l’opération, revisitent dès lors ce bâtiment emblématique en y apportant une vision résolument contemporaine. En 1970, Siemens France quitte Paris pour s’installer à Saint-Denis dans une "mini-tour" de sept niveaux construite par Bernard Zehrfuss. En habitué des défis constructifs l’architecte met en oeuvre ici un procédé de suspension des planchers de bureaux particulièrement novateur. Quant à sa peau en panneaux d’aluminium brut, elle lui confère une silhouette caractéristique de la modernité architecturale des années 1960-70. En 2010, UBS Real Estate ...

TOUR ; BATIMENT DE BUREAUX ; SIEGE SOCIAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 80 p , 79 IF92

A La Défense, Unibail-Rodamco et l'architecte Jean-Paul Viguier n'en sont pas à leur coup d'essai.

Après Coeur Défense en 2001, la tour Majunga marque une nouvelle étape décisive dans l'évolution des tours. Elle domine désormais, du haut de ses 195 mètres, l'esplanade entre le centre commercial des Quatre Temps et la tour Ariane. Par son architecture, sa position stratégique et son accessibilité optimale, elle relève le challenge de l'efficience économique et offre aux futurs occupants un environnement de travail sans équivalent au coeur du premier quartier d'affaires européen, avec en figure de proue ces jardins suspendus rythmant, quel que soit l'étage, la face sud de la tour.
A La Défense, Unibail-Rodamco et l'architecte Jean-Paul Viguier n'en sont pas à leur coup d'essai.

Après Coeur Défense en 2001, la tour Majunga marque une nouvelle étape décisive dans l'évolution des tours. Elle domine désormais, du haut de ses 195 mètres, l'esplanade entre le centre commercial des Quatre Temps et la tour Ariane. Par son architecture, sa position stratégique et son accessibilité optimale, elle relève le challenge de l'...

TOUR ; BATIMENT DE BUREAUX

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 488 p , 44 CAT

Cent scénographies d'expositions temporaires réalisée par des architectes ces 10 dernières années en Europe.

SCENOGRAPHIE ; EXPOSITION

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

146 - p. 6 - 9

Avec ses échancrures, la façade urbaine de la résidence étudiante créée par Jacques Ripault pourrait presque faire songer aux pages choisies d'un livre entrouvert sur la ville.

RESIDENCE UNIVERSITAIRE ; BETON

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

146 - de p 6 à 9

Résidence étudiante construite par Jacques Ripault pour la RIVP et située Porte de Vanves.

RESIDENCE UNIVERSITAIRE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

260 - p. 63-71

Avec sa silhouette en métal, la Maison des sciences de l'homme est considérée comme l'immeuble le plus "miesien" du coeur de Paris. Construit entre 1965 et 1969, ce manifeste de l'architecture fonctionnaliste métallique est l'oeuvre d'un trio : Marcel Lords, Paul Depondt et Henri Beauclair. Sa structure métallique et ses planchers en béton précontraint, sa façade en mur-rideau avec des volets mobiles extérieurs et la modularité des espaces ont constitué de véritables innovations. Près de cinquante ans plus tard, l'édifice où enseignèrent notamment Fernand Braudel, Claude Lévi-Strauss et Roland Barthes vient d'être réhabilité par les architectes François Chatillon (ACMH mandataire) et Michel Rémon. Lesquels ont fait le choix d'une minutieuse restitution intégrant les standards actuels. Avec sa silhouette en métal, la Maison des sciences de l'homme est considérée comme l'immeuble le plus "miesien" du coeur de Paris. Construit entre 1965 et 1969, ce manifeste de l'architecture fonctionnaliste métallique est l'oeuvre d'un trio : Marcel Lords, Paul Depondt et Henri Beauclair. Sa structure métallique et ses planchers en béton précontraint, sa façade en mur-rideau avec des volets mobiles extérieurs et la modularité des espaces ont ...

REHABILITATION DE BATIMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 146 p , 77 AH

La "pratique de la transformation " en architecture. Ne voyons nous des silos devenir des hôtels ou des centrales électriques, des musées? Quelles nouvelles vocations pour un patrimoine français menacé? jusqu'où aller dans sa transformation?Exemples parisiens : - La zac Paris Rive Gauche et son patrimoine- Reconversion d'un entrepôts en bureaux à Saint Denis, arch V. Hubert- Habiter un ancien réservoir à Paris, arch Donati et Dubor-Académie du spectacle à Versailles, arch. Bouchain-Centre national de danse à Pantin, arch. Robain et Guieysse-Rénovation de la Gare du Nord, à Paris arch. J.M. Duthilleul La "pratique de la transformation " en architecture. Ne voyons nous des silos devenir des hôtels ou des centrales électriques, des musées? Quelles nouvelles vocations pour un patrimoine français menacé? jusqu'où aller dans sa transformation?Exemples parisiens : - La zac Paris Rive Gauche et son patrimoine- Reconversion d'un entrepôts en bureaux à Saint Denis, arch V. Hubert- Habiter un ancien réservoir à Paris, arch Donati et Dubor-Académie du ...

RECONVERSION ; REHABILITATION DE BATIMENT ; PATRIMOINE ARCHITECTURAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

237 - p.57-65

Toute ville renaît de ses manques, de ses transformations et de ses additions. Le développement durable incite à réutiliser des édifices relevant d'un usage quotidien. L'attention portée ces dernières décennies au patrimoine industriel a favorisé les reconversions de bâtiment. La question de la réutilisation du bâti du XXe siècle est désormais clairement posée. Quand les crédits des collectivités locales se raréfient, réutiliser et transformer les éléments d'un patrimoine à petite échelle, marqués d'une atmosphère ou d'une identité, permet aussi de concevoir des projets astucieux porteurs d'ambitions culturelles, économiques et sociales, capables de raviver un territoire. Certaines de ces reconversions modifient radiclement la physionomie des bâtiments ; d'autres puisent dans l'existant l'impulsion de nouvelles figures. Les quatre exemples de ce dossier montrent comment l'addition d'architectures contemporaines peut suciter un dynamisme qui influence notre peception d'un site, voire d'une ville entière. Cette démarche peut-elle devenir le pivot d'un renouveau décisif de la commande architecturale à l'échelle des territoires ?

Focus sur
- Les archives régionales de Duisburg, Allemagne par O&O Baukunst
- Le conservatoire de Paris XIIIe par BLP Architectes
- Un centre d'art contemporain à Montreuil par Bernard Desmoulin
- 14 logements, Paris XIIIe par Catherine Dormoy
Toute ville renaît de ses manques, de ses transformations et de ses additions. Le développement durable incite à réutiliser des édifices relevant d'un usage quotidien. L'attention portée ces dernières décennies au patrimoine industriel a favorisé les reconversions de bâtiment. La question de la réutilisation du bâti du XXe siècle est désormais clairement posée. Quand les crédits des collectivités locales se raréfient, réutiliser et transformer ...

RECONVERSION ; FRICHE INDUSTRIELLE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 144 pages , 70 P19

Ce récit décrit la genèse d'un projet culturel et artistique complexe, mais aussi singulier par l'amplitude des enjeux culturels, sociaux et politiques qui ont accompagné son accomplissement.

RECONVERSION ; ATELIER D'ARTISTE ; CENTRE CULTUREL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

n° 134 - pp. 21-32

Avec la décentralisation s'annonce une simplification de la règlementation des espaces protégés. A travers divers points de vue et exemples d'intervention, ce dossier rappelle l'impact des options urbaines et architecturales sur la vitalité des villes.

PROTECTION DES SITES ; PROTECTION DES BATIMENTS

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

n° 295 - de p. Ià p. XXV

Article historique sur l'architecture des prisons, suivi de la présentation des projets lauréats du concours lancé par le ministère de la Justice.

PRISON

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

245 - p. 69 - 76

Sur les hauteurs de Nice, l'esprit de l'Italie s'immisce dans un fleuron d'architecture moderne inventé à la charnière des années 1960 et 1970 par l'architecte Michel Marot. Née de la potlitique culturelle d'André Malraux pour servir l'enseignement de la création contemporaine, la villa Arson théâtralise toutes les problématiques de l'architecture : l'insertion dans le site, la recherche plastique, la quête de la lumière, la métérialité... Avec ses allures de forteresse, ce lieu à l'austérité jouissive joue du contraste entre le minéral et le végétal, associe sensibilité classique et matiériste à la recherche d'une architecture ouverte et proliférante. Iconique, comme la Villa Noailles à Hyères, la Fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence ou la maison d'Eileen Gray et Le Corbusier à Roquebrune-Cap-Martin, elle témoigne de l'effervescence artistique de la Côte d'Azure au siècle dernier. Aujourd'hui mondialement reconnue, cette école d'art et de recherche demeure un cadre d'exeption tant pour ses étudiants que pour ses expositions d'art contemporain ouvertes à un large public. Sur les hauteurs de Nice, l'esprit de l'Italie s'immisce dans un fleuron d'architecture moderne inventé à la charnière des années 1960 et 1970 par l'architecte Michel Marot. Née de la potlitique culturelle d'André Malraux pour servir l'enseignement de la création contemporaine, la villa Arson théâtralise toutes les problématiques de l'architecture : l'insertion dans le site, la recherche plastique, la quête de la lumière, la métérialité... Avec ...

PATRIMOINE ARCHITECTURAL

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

76 - de p 24 à p 33

Rénovation du musée de l'Homme qui occupe l'aile Passy du palais Chaillot.

MUSEE ; MUSEOGRAPHIE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 160 p. , 102 AB

Après un panorama des musées de l'Antiquité à nos jours, cet ouvrage propose un choix de 25 projets récents, en France et à l'étranger, trsè différents par leur échelle, leur propos et leur esthétique.Ils sont classés en trois thèmes: le musée dans la ville; le musée dans son paysage; les restructurations et les extensions.

MUSEE ; HISTOIRE ; MUSEOGRAPHIE ; PROJET D'ARCHITECTURE ; EXTENSION DE BATIMENT

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

n° 126 - p.1 à p.4

Après plusieurs années de travaux, le musée de l'Orangerie retrouve son identité originelle en replacant au coeur de son parcours, les "Nymphéas" de Claude Monet.

MUSEE ; BETON

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

n° 303 - de p 100 à p 105

Pour Paris : musée des arts et traditions populaires, Palais de la découverte, Grand Palais, Museé d'histoire naturelle.

MUSEE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 79 p , 5 IF 77

Présentation du nouveau musée de la Grande Guerre à Meaux, Chrispohe LAB architecte

MUSEE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 192 p. , 7 AMZ

Cet ouvrage est la première monographie consacrée à Bernard Zehrfuss, grand prix de Rome en 1939, qui dirige la reconstruction de la Tunisie et s’engage très tôt dans la modernité pour se rallier aux modes de production les plus novateurs.Figure majeure de l’architecture de la seconde moitié du XXe siècle en France, il est l’auteur ou le coauteur de quelques-uns des bâtiments les plus marquants de l’après-guerre. On citera notamment l’imprimerie Mame à Tours, l’usine Renault de Flins, le siège de l’Unesco à Paris, le CNIT à la Défense ou le musée de la Civilisation gallo-romaine à Lyon. Au fil de ces projets, Zehrfuss collabore avec les plus grands ingénieurs ou constructeurs de son temps (Jean Prouvé, Pier Luigi Nervi…). Cet ouvrage est la première monographie consacrée à Bernard Zehrfuss, grand prix de Rome en 1939, qui dirige la reconstruction de la Tunisie et s’engage très tôt dans la modernité pour se rallier aux modes de production les plus novateurs.Figure majeure de l’architecture de la seconde moitié du XXe siècle en France, il est l’auteur ou le coauteur de quelques-uns des bâtiments les plus marquants de l’après-guerre. On citera notamment l’imprimerie ...

MONOGRAPHIE

... Lire [+]

Z