m

0

Documents  Éditions Lieux Dits | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

P Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 240 pages , 4 IF77

La reconversion du patrimoine touche tous les types d'édifices et tous les domaines d'activité. Abbayes, fermes modèles du XIX° siècle, châteaux et grandes demeures, ensembles industriels deviennent des lieux culturels, touristiques, administratifs. Les entreprises, elles aussi, réinvestissent de nombreux sites. S'ouvre alors un dialogue entre histoire et création contemporaine.Comment faire cohabiter un bâti existant avec un nouveau programme, sans nuire à l'authenticité du lieu ? Comment adapter un monument ancien à la société d'aujourd'hui ? Quelles sont les contraintes et réticences ? Reconvertir des édifices, n'est-ce pas s'inscrire dans la démarche du développement durable ? N'est-ce pas permettre le maintien et la transmission d'un patrimoine ?A travers plusieurs exemples, tant seine-et-marnais que nationaux et internationaux, les auteurs vous invitent à découvrir des reconversions exemplaires et à vous pencher sur les multiples questions posées par cette thématique d'actualité.Au sommaire:Les châteaux du social : un mouvement de reconversion d’ampleurL’ouvrage s’intéresse tout d’abord au cas des châteaux. C’est un aspect auquel on ne pense pas forcément et sur lequel le livre offre une bonne synthèse. Les auteurs rappellent d’abord que dès le XVIIe siècle, la " fonction originelle de quelques châteaux a été subvertie". Les châteaux reconvertis sont souvent devenus des hospices ou des écoles de plein air, par exemple. C’est surtout dans l’entre deux guerres que le mouvement a été le plus fort. Bernard Toulier développe particulièrement le cas des colonies de vacances. Mais, à partir des années 1970, cette orientation vers le social commence à être remise en question. Des aspects notamment de mise aux normes rendent compliqué l’usage de ces bâtiments. Aujourd’hui, des raisons à la fois économiques mais aussi sociales expliquent l’abandon de ces endroits.Des cas étonnants : prison, hôtel de luxeParmi les multiples exemples abordés tout au long du livre, deux particulièrement peuvent interpeller. Tout d’abord, il y a le cas de la transformation de la maison d’arrêt de Coulommiers en bibliothèque municipale. Quelques clichés semblent témoigner d’une belle réussite esthétique. Signalons aussi la transformation de l’hospice gantois à Lille en hôtel de luxe. Là encore, les images sont assez impressionnantes et le texte qui les accompagne permet aussi de balayer parfois certains clichés sur la voracité des promoteurs. Jean-Claude Kindt qui s’occupe d’une société d’investissement hôtelier montre le travail de concertation qui a eu lieu autour de ce bâtiment. Il rappelle combien aujourd’hui les hôteliers sont à la recherche d’endroits exceptionnels à reconvertir et le retour sur investissement a été spectaculaire .L’exemple du patrimoine industrielCet aspect est abordé à travers l’exemple de l’usine Ideal standard à Aulnay sous bois, exemple qui présente notamment comme avantage d’être ancien et donne donc la possibilité de se livrer à un bilan. Il s’agit d’une emprise industrielle importante car couvrant 16 hectares. On découvre aussi ici l’importance de la volonté, notamment politique, car une attention particulière a été portée au fait d’éloigner d’éventuels promoteurs qui auraient pu intervenir. La reconversion fut avant tout un choix économique car coûtant près de 20 % de moins qu’une destruction ! Ce fait, peut-être étonnant, s’explique de plusieurs manières, qui ont toutes à voir avec l’ingénieur Auguste Freycinet. Le matériau qu’il avait choisi avait comme contrainte initiale d’être très résistant car lié à la fonderie. Détruire un tel ouvrage revenait donc très cher. De même, le bâtiment de Freycinet a été pensé en terme de rationalité et la structuration "poteaux-poutres" s’avère très facilement réutilisable lorsque l’on veut créer des lots de commerce.Des aspects pratiques, des acteurs multiplesL’ouvrage choisit de ne pas éluder les aspects pratiques et il est ainsi parsemé de plans, croquis. On y lit aussi les témoignages de tous les types d’acteurs, car au-delà des politiques, on entend des architectes ou des directeurs d’hôtel comme évoqué précédemment. On aborde aussi des problèmes techniques, mais pas trop, juste histoire de mesurer ce que peut être le quotidien d’une reconversion. C’est le cas pour l’église abbatiale d’Ardenne qui est devenue une bibliothèque. Est envisagée enfin la question de la mise en tourisme de ces lieux où l’on s’aperçoit, une fois de plus, qu’au-delà d’un lieu et de sa beauté, il faut créer de l’événementiel pour faire venir et surtout revenir le public. L’ouvrage se termine par 15 exemples : les auteurs de l’ouvrage ont voulu offrir un panorama de la variété des reconversions en Seine-et-Marne. Il y a évidemment une double page sur la chocolaterie Menier, mais on découvre aussi d’autres exemples. A chaque fois, le livre propose un rapide commentaire avec une vue générale et une vue de détail du lieu. La reconversion du patrimoine touche tous les types d'édifices et tous les domaines d'activité. Abbayes, fermes modèles du XIX° siècle, châteaux et grandes demeures, ensembles industriels deviennent des lieux culturels, touristiques, administratifs. Les entreprises, elles aussi, réinvestissent de nombreux sites. S'ouvre alors un dialogue entre histoire et création contemporaine.Comment faire cohabiter un bâti existant avec un nouveau programme, ...

RECONVERSION ; PATRIMOINE ARCHITECTURAL ; BATIMENT INDUSTRIEL ; CHATEAU ; EGLISE

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- 224 pages. , 02 IF77

Contributions de paysagistes, d'archéologues, de professionnels du patrimoine, de philosophes et d'historiens sur la politique de protection du paysage initiée sous le second Empire par les peintres de l'école de Barbizon, sur la réalisation d'un«Atlas des paysages de Seine-et-Marne»par le Conseil général, l'apport de l'archéologie et de l'histoire à l'étude du paysage:La première partie est un hommage aux artistes de l'École de Barbizon qui ont élevé la forêt de Fontainebleau au rang de sujet-patrimoine ; la deuxième partie présente l'initiative particulièrement innovante de l'Atlas des Paysages de Seine-et-Marne, précieux pour une politique de gestion des paysages ; enfin, les troisième et quatrième parties cernent l'apport de l'archéologie, de l'histoire et de l'Inventaire à l'analyse des paysages. Contributions de paysagistes, d'archéologues, de professionnels du patrimoine, de philosophes et d'historiens sur la politique de protection du paysage initiée sous le second Empire par les peintres de l'école de Barbizon, sur la réalisation d'un«Atlas des paysages de Seine-et-Marne»par le Conseil général, l'apport de l'archéologie et de l'histoire à l'étude du paysage:La première partie est un hommage aux artistes de l'École de Barbizon qui ont ...

ANALYSE DU PAYSAGE ; PAYSAGE-HISTOIRE ; POLITIQUE URBAINE ; PROTECTION DES SITES

... Lire [+]

Filtrer

Type
Référence
Date de parution

Z